Voici ce que l'on fait à la nature en Savoie

(Les arbustes et des roselières ont été détruit, ils sont très important pour les oiseaux et petits mammifères qui s'y cachent et y trouvent de quoi manger)

        "Ce Bras de décharge de la Leysse était un endroit où je venais faire des photos des oiseaux migrateurs au printemps dernier. Ici j'ai pu rencontrer des espèces tel que le busard des roseaux, le héron pourpré, des bécassines de marais, des faucons Pèlerins, Crécerelles et Hobereaux, des passereaux venaient y nidifier tel que la pie grièche écorcheur, le Tarier-patre et d'autres. Il y avait aussi ici de passage des mammifères tels que des lapins de garenne, des sangliers et des renards.
Voici ce que Chambéry Métropole en a fait en 2/3 semaines seulement, conséquences directes des travaux d'élargissement de la Leysse, ce bras de décharge qui pour moi était un corridor migratoire où les oiseaux venaient après un long voyage aérien s'y reposer ne ressemble plus à rien. Personne ne dit rien.
Ce bras de décharge (déjà construit à la base sur une zone humide) était tout jeune, il devait à peine avoir dans les 4 à 5 ans pas plus, voici ce qu'il en est aujourd'hui c'est tout simplement affligeant et révoltant.

Ce n'est pas la première fois que j'assiste impuissant à ce genre de méfait envers mère nature, avant la fin aout 2014 Chambéry Métropole avait coupé les roseaux avec un mois d'avance, des joncs dans lesquels nidifiaient de très jeunes Gallinules juvéniles qui s'étaient ainsi retrouvés sans abri... :- (


Bravo aux fameux responsables politiques, bravo à Xavier Dullin (président Chambéry Métropole), Luc Berthoud (Vice-Président de Chambéry Métropole, Chargé de l'agriculture périurbaine, des cours d'eau, du développement durable et des espaces naturels, Maire de la Motte-Servolex), Michel Dantin (Maire de Chambéry)." Kaze, sentinelle de la nature.


Malheureusement le massacre continue puisque le projet d'élargissement de la Leysse dans le cadre d'un plan contre les inondations comprend l'abattage de presque tous les arbres et arbustes le long des digues et des berges du pont des Chèvres au pont de l'autoroute A43 sans replantations prévues dans le projet initial en sommet de digue le long de l'Avenue Verte.

C'est une catastrophe pour les oiseaux, insectes et petits mammifères dont les espaces sont réduits, mais aussi pour les poissons car les grands arbres font de l'ombre ce qui est indispensable à leur survie et celle des vifs. Cela jouera aussi sur l'esthétisme de ces magnifiques que l'on peut traversé à vélo, à pied, en roller et qui sont encadrés de grands arbres, de faune et de flore qui ne pourront plus ravir nos yeux, nos oreilles (on entendra les voitures à la place) et ne protégerons plus nos yeux et notre peau du soleil.


Une pétition a été réalisée en septembre à l’initiative de la FRAPNA, des Amis de la Terre en Savoie, des Cyclotouristes Chambériens, de la Fédération de Chasse de Savoie (il y avait aussi les Pêcheurs Chambériens et Roue Libre mais ils se sont retirés suite à des accord de reboisement et d'absence d'abatage systématique avec le Cisalb, voir sur leur site) a été lancée. La mobilisation de ces associations a permis d'obtenir des engagements de Chambéry Métropole de laisser certains arbres en haut de berge, de transplanter de jeunes sujets lors des travaux, de replanter par endroit des arbustes et arbres en pied de digue et sur les portions de digues requalifiées en berge à l'issue des travaux. Au regard de ces éléments, l'association Roue Libre estime que l'agglomération fait preuve de bonne volonté et de discernement et souhaite se retirer du collectif.

Néanmoins, quelques jours après "le massacre a commencé, les bords de Leysse sont une désolation entre les deux passerelles de l'Avenue Verte le long du péage de la Motte-Servolex. Allez voir, c'est à pleurer ! D'autant plus navrant qu'il s'agit d'une berge et non d'une digue et que rien n'obligeait à couper autant" précise le collectif.


Nous en profitons pour rappeler que l'abattage des arbres est une atteinte en soi à un écosystème et aux animaux qui y vivaient, et que replanter de jeunes arbres et arbustes ne remplace pas les grands arbres (entre 5 et 30 ans nous pensons, si pas plus). Nous avons également des inquiétudes concernant le castor pour qui ces coupes peuvent entrainer un grand bouleversement.


Merci de signer et partager la pétition !

Pétition contre la coupe des arbres au bord de la Leysse

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    jean-paul RICHARD (mercredi, 13 janvier 2016 20:14)

    Faire des travaux en aval de Chambéry en "sécurisant les berges" n'ont aucun impact sur les risques d'inondation pour la ville de Chambéry. Et en aval, il y a le marais de Servolex qui fait office de "champ d'épandage". Concernant la sécurisation du Bourget-du-lac et de Savoie-Technolac, des travaux et investissements importants ont été fait avec le bras de décharge. Donc quel est l'intérêt de l'abattage de ces arbres ?
    A considérer qu'il faille encore dépenser de l'argent (au nom de la sécurité, qui a bon dos) pour nourrir des entreprise de TP. Ou de considérer que le bras de décharge ne sert à rien. Ou de considérer que l'abattage des arbres sera une source importante de bois énergie pour les chaufferies locales

  • #2

    Ajas (jeudi, 21 janvier 2016 14:36)

    Bonjour Jean-Paul Richard,
    Merci de votre réaction ! Une personne de notre association qui suit ce sujet aimerait prendre contact avec vous. Pourriez-vous nous écrire à notre adresse mail ? : ajasavoie@gmail.com
    Merci !