Les "Combats de Reines", symboles de la représentation des Vaches laitières

C'est quoi un "combat de reines" ?


Ces combats se basent sur un fait observé chez certaines espèces de vaches (notamment en Haute-Savoie). Au printemps, lorsque les vaches sont ramenés dans les alpages, celle-ci réorganise la hiérarchie du groupe. Certaines  vaches se mettent cornes à cornes et poussent. Ces intimidations, plus que combat, sont non violent (les animaux ne se blessent pas) et assez court.

 

Cette pratique a été récupérée par les éleveurs pour être mis en scène. Les vaches les plus revêches sont sélectionnées, puis elles sont transportées et misent dans un près ou une arène herbeuse improvisée. Les touristes s'accumulent autour ou sur un côté, et attendent que des vaches, en se croisant, décident de s'affronter.  Bien sur ce ne sont pas des vaches d'un même troupeau, donc ces affrontements sont inutiles pour le troupeau. Il s'agit uniquement de divertir.

 

Pourquoi si opposer ?


La violence ne se trouve pas dans le combat, mais dans la symbolique. Les vaches sont encore une fois utilisées pour l'homme, c'est une belle représentation folklorique de ce que représentent les vaches dans nos sociétés: des objets (voir des jouets dans ce cas) utilisés pour le plaisir des humains.

De plus, les vaches sont transportées et exposés ce qui peut entrainer du stress.


Au final, c'est un moment idéal pour montrer la face cacher de la prétendu bienveillance du pastoralisme envers les vaches. En effet cette belle mise en scène folklorique, dans un cadre bucolique, cache parfaitement la vérité de l'élevage de vaches laitières.

Si il est évident que les bovins élevées pour leur viande finissent à l’abattoir, on ne pense pas que c'est la cas pour les bovins élevés pour le lait. Malheureusement si, ci-dessous vous trouverez quelques chiffres.


Des chiffres pour comprendre :


La souffrance

  • 40% de la production de viande de bovin est issue des vaches réformés (avec un petit pourcentage de génisses et veaux), c'est-à-dire des vaches laitières qui ne produisent plus assez, ou qui ne font plus de petits. Leurs viandes est majoritairement utilisées pour des produits transformés (lasagnes, etc.) et le haché.
  • 47 % des veaux nés en France sont de races allaitantes,(race à viande) et 39 % de races laitières.
  • Les veaux sont le plus souvent enlevé dans les 24h après leurs naissances (pour des questions d'hygiène et de productivité de lait et de viande - engraissement).
  • 2 à 6 ans, c'est la durée de vie moyenne d'une vache laitière, alors que leurs espérances de vie est de 20 ans.

L'évolution de la filière lait, plus de souffrance à venir

  •  53 vaches pour un troupeau moyen, 2 personnes travaillant sur une ferme (7 emplois induits), et 88 hectares de terre, c'est la configuration moyenne de ferme laitière en France. Soit par an "38 vaches en moyenne pour 221 000 litres de quotas de production en montagne, contre 54 vaches pour 351 000 litres dans les bassins laitiers de plaine et 51 vaches pour 361 000 litres dans les zones de polyculture-élevage" réf.site. Et pourtant...
  • 50% d'effectif en moins (soit 5000 exploitations par an) pour les exploitants de vaches laitières entre 1995 et 2010.
  • "Le nombre d’exploitations appartenant aux classes de 0 à 180 000 litres continue de baisser régulièrement depuis quinze ans tandis que les classes de plus de 360 000 litres progressent chaque année. C’est la classe de plus de 600 000 litres qui est la plus dynamique depuis 2005. Elle affiche le plus fort taux de croissance sur les cinq dernières années (+ 168 %) et concerne plus de 6 000 exploitations en 2010 contre à peine 2 300 en 2005" ref. site
  • 8% d'augmentation de la production de lait entre 2009 et 2010, hausse plus important malgré une progression déjà observée depuis 1995.
  • 152 975 litres de lait produit par an et par exploitation en moyenne en Savoie (chiffre 2010-2011), 226 824 pour la Haute-Savoie.
  • Rhône-Alpes produit 7 % du lait de vache français. Il se classe au 4ème rang national. Rèf site





 

Écrire commentaire

Commentaires : 0